Cardiomyopathies héréditaires isolées

 Fiche Unité Fonctionnelle :

UF de Cardiogénétique et Myogénétique Moléculaire et Cellulaire

 Documents spécifiques :

Cardiomyopathie Hypertrophique : Arbre decisionnel des analyses moleculaires
Cardiomyopathie Dilatée - Arbre decisionnel de prise en charge des analyses moleculaires
Feuille de prescription des Cardiomyopathies héréditaires
Stratégie d’analyse des Cardiomyopathies héréditaires et Cotation des panels
Liste des gènes du panel Niveau 1 des CMH
Cardiomyopathies - Liste des gènes du panel Niveau 2
2018, Revue "Génétique des Cardiomyopathies"

 Documents généraux :

consentement pour DPN
consentement

Autres pathologies Cardiologie :

  • Cardiomyopathies Syndromiques
  • Cardiomyopathies héréditaires isolées
  • Laminopathies
  • Troubles du Rythme Cardiaque
  • Gènes impliqués :

    Les cardiomyopathies héréditaires sont la conséquence d’une mutation génique et sont transmises le plus souvent selon un mode autosomique dominant. Ce sont des maladies cardiaques structurelles associées ou non des arythmies.

    Site à consulter : www.cardiogen.aphp.fr
    Article a consulter : revue EMC, 2018.

    Il est fondamental de distinguer les Cardiomyopathies isolées et les Cardiomyopathies syndromiques dont les etiologies et les gènes en cause sont différents.
    Un diagnostic clinique précis et complet est donc nécessaire avant toute demande d’analyses génétiques.

    Praticien responsable : Dr Pascale RICHARD/ Dr Flavie ADER

    Les cardiomyopathies sont classées en 5 sous-types basés sur des critères morphologiques précis (Figure ci joint). On distingue ainsi :

    * les cardiomyopathies hypertrophiques (CMH ; OMIM_192600) caractérisées morphologiquement par une hypertrophie du ventricule gauche (VG), sans dilatation et en l’absence de conditions de charge suffisante pour l’expliquer (comme l’hypertension artérielle ou le rétrécissement aortique). Cette hypertrophie, affecte les parois du ventricule gauche et principalement le septum inter-ventriculaire

    Cette hypertrophie idiopathique dont le diagnostic n’est retenu qu’après avoir exclu les causes secondaires (notamment l’hypertension artérielle systémique), à une prévalence estimée à 0.2% dans la population générale.

    Malgré l’importante hétérogénéité génétique (> 15 gènes impliqués), une mutation est identifiée chez 30-40% des patients par l’analyse de 5 gènes majeurs (MYH7, MYBPC3, TNNT2, TNNI3 et MYL2).

    Notre approche diagnostique est de séquencer systématiquement les 5 gènes majeurs par séquençage à haut débit (CardioMASTR Assay / MiSeq).
    En cas de négativité, des investigations complémentaires peuvent être envisagées après réévaluation phénotypique et confirmation de l"hypothèse diagnostique. Elles consistent à réaliser le séquençage de 72 gènes impliqués dans toutes les formes de cardiomyopathies (Nimblegen/Roche- MiSeq/Illumina) - Voir arbre décisionnel 

    * Les cardiomyopathies dilatées (CMD ; OMIM_115200) caractérisées par une dilatation du VG avec une épaisseur de la paroi du VG normale et une altération de la fonction systolique.

    L’analyse précise du phénotype permet de mettre en évidence qu’au sein même des formes familiales à transmission autosomique dominante, plusieurs entités peuvent être distinguées : la CMD isolée, la CMD associée à des troubles de conduction auriculo-ventriculaire,

    Une très importante hétérogénéité génétique est maintenant décrite avec plus de 60 gènes impliqués (voir revue EMC, 2018).

    L’approche diagnostique consiste a réaliser d’emblée un panel de 72 gènes (liste jointe) qui permet un diagnostic positif chez environ 50% des patients avec formes familiales.

    IMPORTANT : En cas de suspicion de CMD liée au gène LMNA (CMD avec troubles des conduction), une analyse du gène LMNA peut être réalisée de facon isolée en Urgence.

    * Les cardiomyopathies restrictives (CMR ; OMIM_115210) caractérisées par un profil de remplissage restrictif et une réduction du volume diastolique d’un ou des deux ventricules, avec une épaisseur pariétale et une fonction systolique à peu près conservées. 

    * Les non-compactions du ventricule gauche (NCVG ; OMIM_300183) ont été intégrées aux cardiomyopathies en 2006 et sont définies par la présence de trabéculations excessives du ventricule gauche.

    Devant l’hétérérogénéité génétique, l’approche diagnostique génétique de ces cardiopathies (Restrictives, Non compactions du Ventricule Gauche), consiste à réaliser un panel élargi de 72 gènes de cardiomyopathies (identique a celui des cardiomyopathies dilatées), ce qui permet d’aboutir a l’identification de la cause génétique dans environ 50% des cas.

    * Les cardiomyopathies arythmogènes du ventricule droit (CAVD ; OMIM_601877) dans lesquelles les cardiomyocytes sont remplacés progressivement par du tissu fibro-adipeux. Le ventricule droit est préférentiellement atteint mais elles peuvent également se présenter sous des formes bi-ventriculaires. 

    Les gènes majeurs de CAVD (PKP2, DSC2, DSG2, DSP) sont inclus sur le panel des cardiomyopathies ET celui des troubles du rythme. D’autres gènes tels que LMNA peuvent aussi être impliqués.

     

     

     

     





    (C) Centre de Génétique 2007 | Webmaster | Crédits