Hypercholestérolémie familiale

 Fiche Unité Fonctionnelle :

UF GOD secteur Dyslipidémies

 Documents généraux :

Formulaire de consentement Majeur-Mineur
Feuille de prescription Lipides - APHP
Feuille de prescription Lipides - Hors APHP

Autres pathologies Endocrinologie :

  • Néoplasies endocriniennes multiples de type II
  • Hypercholestérolémie familiale
  • HypoHDLcholestérolémies isolées
  • Maladie de Tangier
  • Déficit en LCAT
  • HyperHDLcholestérolémies
  • Diabète Mitochondrial
  • Diabète Monogénique et Atteinte Rénale (MODY 5 - RCAD)
  • Diabètes Monogéniques (MODY)
  • Hyperinsulinisme Congénital
  • Hyperplasie Congénitale des Surrénales par Déficit en 21-hydroxylase
  • Nom apparenté : HyperLDLémie

    Gènes impliqués :

    - LDL-R
    - ApoB
    - PCSK9
    - LDLRAP1

    Description :

    La forme hétérozygote de l’hypercholestérolémie familiale se caractérise par l’élévation isolée de la concentration sérique du cholestérol transporté par les LDL (en moyenne double de la normale), pouvant se compliquer d’insuffisance coronarienne après 40 ans. Sa prévalence avoisine 1 sujet sur 500, ce qui la place parmi les maladies monogéniques les plus fréquentes des pays développés. La pénétrance de la maladie est de 90% dans les familles lorsque l’on prend la concentration plasmatique de LDL-cholestérol comme paramètre de son évaluation. Dans la forme homozygote rare (1/106 dans la population), l’hypercholestérolémie majeure (en moyenne 4 fois la normale) est décelable dès la naissance et est associée aux dépôts extravasculaires de cholestérol que sont les xanthomes. Les complications coronariennes sévères et souvent infantiles déterminent le pronostic vital avec une espérance de vie souvent inférieure à 30 ans.

    Indication de l’étude génétique :

    Cette analyse est réalisée dans le cas d’une hypercholestérolémie sévère (LDL-c>2,20 g/l) avec une notion d’atteinte familiale (au moins deux apparentés présentant une hypercholestérolémie avérée). La présence de xanthomes est un argument clinique en faveur du diagnostic. Dans le cas d’une famille où une mutation a déjà été identifiée, la recherche de cette mutation doit être réalisée chez tout apparenté présentant une concentration plasmatique anormale de LDL-cholestérol. Il existe par ailleurs une forme récessive rare d’hypercholestérolémie familiale qui doit être évoquée chez un patient présentant une hyperLDLémie majeure (LDL-c>4g/l) alors que les bilans lipidiques de ses parents sont normaux.





    (C) Centre de Génétique 2007 | Webmaster | Crédits