Encéphalopathies épileptiques et épilepsies familiales

 Fiche Unité Fonctionnelle :

UF de Neurogénétique Moléculaire et Cellulaire

 Documents spécifiques :

Fiche clinique Panel épilepsie
Liste gènes Panel épilepsie

 Documents généraux :

Règlementation diagnostic génétique - principaux textes
Modalités de prélèvement
Consentement diagnostic Post-natal
Fiche de prescription pour prescripteur de l’APHP
Fiche de prescription pour prescripteur hors APHP
Consentement Diagnostic Prénatal
Cotation des analyses

Autres pathologies Neurologie :

  • Adrénoleucodystrophie
  • Ataxies cérébelleuses autosomiques dominantes
  • Atrophie dentatorubropallidoluysienne
  • Charcot-Marie-Tooth (Maladie de)
  • Dégénérescence lobaire fronto-temporale
  • Dystonies
  • Encéphalopathies épileptiques et épilepsies familiales
  • Huntington (Maladie de)
  • Kennedy (Syndrome de)
  • Neuropathie avec hypersensibilité à la pression
  • Paraplégie spastique héréditaire
  • Parkinson (Maladie de)
  • Sclérose latérale amyotrophique
  • Gènes impliqués :

    - voir liste gènes Panel épilepsie

    Description
    Les épilepsies peuvent avoir diverses origines que l’on classe en trois grandes catégories : étiologie structurelle-métabolique (l’épilepsie est en relation avec une anomalie structurelle ou métabolique du cerveau), étiologie génétique (une anomalie génétique contribue directement à l’épilepsie) ou étiologie inconnue en l’état actuel des connaissances. Parmi les épilepsies d’étiologie génétique, on distingue :
    - les encéphalopathies épileptiques dans lesquelles les crises débutent dans la petite enfance. L’activité épileptique elle-même entraîne une détérioration des fonctions cérébrales, l’évolution est généralement sévère. En fonction du phénotype, plusieurs syndromes ont été individualisés dont le syndrome d’Ohtahara et l’épilepsie myoclonique précoce qui débutent chez le nouveau-né, le syndrome de Dravet et l’épilepsie partielle migrante qui débutent dans le premiers mois ou années de vie. Les patients sont généralement des cas isolés (absence d’antécédents familiaux).
    - les épilepsies familiales, à début néonatal ou plus tardif, dont l’évolution est généralement plus favorable. Elles se présentent, soit avec des crises généralisées (exemple : épilepsie généralisée avec convulsions fébriles +, abrégée en « GEFS+ »), soit avec des crises focales (exemple : épilepsie focale familiale à foyer variable).

    Pour en savoir plus (liens vers Orphanet) :
    Encéphalopathie épileptique
    Epilepsies familiales

    Analyse proposée au laboratoire
    Nous réalisons désormais le diagnostic moléculaire des encéphalopathies épileptiques et des épilepsies familiales par une méthode de séquençage haut-débit d’un panel d’une centaine de gènes responsables d’épilepsies monogéniques (PAGEM ou « Panel épilepsie »). Il est important de noter que nous ne réalisons plus le séquençage ciblé des gènes SCN1A et PCDH19. Le Panel épilepsie n’est pas destiné à faire le diagnostic moléculaire des malformations cérébrales épileptogènes ; il n’est donc indiqué que lorsque l’imagerie cérébrale a permis d’éliminer une malformation expliquant l’épilepsie. De même, le Panel épilepsie n’est pas destiné à faire le diagnostic moléculaire des maladies métaboliques ayant un biomarqueur facile d’accès.

    Pour que l’analyse du Panel épilepsie puisse être réalisée, le prélèvement du cas index devra être obligatoirement accompagné de :
     ? la demande de diagnostic moléculaire correspondante (voir Fiche de prescription pour prescripteur de ou hors APHP) dûment remplie et signée par un prescripteur senior ;
     ? le consentement correspondant (voir Consentement pour un diagnostic post-natal ci-contre) où ne figurera aucune mention de gènes particuliers mais seulement celle de la pathologie ;
     ? la fiche de renseignements cliniques (voir Fiche de renseignement pour panel épilepsie ci-contre) dûment remplie et, si possible, un compte-rendu de consultation ;
     ? le prélèvement des (deux) parents et de la fratrie atteinte le cas échéant. Ces prélèvements, qui seront chacun accompagnés d’un consentement propre, sont nécessaires à l’étude de la ségrégation des variants rares, potentiellement pathogènes et identifiés par séquençage haut-débit chez le cas index ; ces prélèvements permettent de déterminer le caractère transmis ou de novo de ces variants. En cas d’impossibilité d’obtenir le prélèvement d’un ou des deux parents, l’analyse peut tout de même être envisagée mais, dans ce cas, il est impératif de contacter le laboratoire au préalable.

    Aucune analyse du Panel épilepsie ne sera réalisée sans l’ensemble de ces documents et prélèvements. Par ailleurs, il est nécessaire que le patient ait été vu en consultation de génétique avant la réalisation du Panel épilepsie. En effet, son analyse peut conduire à la mise en évidence de variants dont la signification n’est pas claire en l’état actuel des connaissances. Les résultats obtenus devront être expliqués en consultation de génétique.

    NB : le diagnostic moléculaire chez les apparentés d’un cas index ne sera pas réalisé par séquençage haut-débit du Panel épilepsie mais de façon ciblée, soit par séquençage Sanger, soit par la technique dite de MLPA dans le cas d’un réarrangement pathogène identifié pour l’un des gènes du Panel épilepsie.



    Praticien(s) responsable(s)
    Dr. Lionel Arnaud
    Pr. Eric Leguern

    Document(s) disponible(s)
     ? Fiche clinique Panel épilepsie : voir document spécifique ci-dessous ou à droite de cette page
     ? Liste des gènes Panel épilepsie : voir document spécifique ci-dessous ou à droite de cette page

    PDF - 251.4 ko
    Fiche clinique Panel épilepsie
    PDF - 189.8 ko
    Liste gènes Panel épilepsie





    (C) Centre de Génétique 2007 | Webmaster | Crédits